Os sonmes libe ed nos esprimer.

Sét janvié deus-mile-tchinze.
Din min poaiyis, os sonmes libe d'écrire, ed dessiner, ed pinser et d'causer ed quoé qu'os voulons, quanq os voulons. Os sonmes libe ed nos esprimer.
Ej préfère moérir dbout qué d'vive à gron.

mardi 8 août 2017

L'jonne fille et chin taïon

Il étoait un keup, unne fille alintour ed vint-chonc ins, don, jonne, qu'avoait un ed ches taïons qui avoait, li, alintour ed quater-vint-dis-sèt ins.

I o quèks moés, l'jonne fille apprind qu'ale o un sapré mau din chin sanke ; unne leucémie, eq cho s'apèle.

Ch'est ch'monde à l'invers : ale risque ed moérir avant chin taïon, o bin li risque ed moérir chin la rvir.

Mais l'tiote, ale vut mie moérir, vu qu'ale est jonne et qu'ale o un cadoreus, et vo vir des séruzyins pour foaire soégner.

Ale est forte. Granmint forte !

Ale déchide ed rin dire à chin taïon, et dminde à ches pèrints et ches frères et soeurs ed foaire conme ale.

Et is di'te rin à ch'taïon.

I o quèks jours, minme chi ale o mie djò djéri, ale o pu aller vir toute seule amon chin taïon quèks jours. Et tout i dire.

Chin taïon, rin qu'à la vir, avoait seuremint comprins, vu qu'ale o pu ed cavieus dsu s'tète.

Mais l'tiote est ureuse : ale o pu vir chin taïon, passer quèks jours avuc, et i foaire un cros bec.

Achteure, ale o rpèrti achl'ôpital.

Pour continuer de s'soégner, pour pouvoér, étou, rvir un jour chin taïon, qui seuremint, achteure, prie pour s'tiote-fille, et attind de l'rvir.

Et mi ej dis eq ches deus lòse rvoéront. Chu tère, din quèks jours, quèks moés, mais is se rvoéront.

Boinne canche à eux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire